Le cœur de l’Europe bat à l’Est

Agir en Jeunes Socialistes apporte son plus grand soutien aux manifestants de la place Maïdan et de toute l’Ukraine. Leur combat pour le respect de la démocratie, leur lutte contre la corruption et pour un avenir plus serein mérite tout notre respect et notre attention.

En s’élevant contre les lois du gouvernement Ianoukovitch qui traduisaient un repli de l’Ukraine vers le passé, les Ukrainiens ont démontré leur attachement aux valeurs universelles défendues par l’Union Européenne, à savoir la solidarité, la liberté d’expression et l’attachement à l’Etat de droit. La manière de combattre ce retour dans le giron russe est à saluer. En effet, malgré la pression financière ainsi que la menace d’arrêt de l’approvisionnement en gaz exercée par la Russie, les ukrainiens ont choisi de descendre dans la rue, au risque de leurs vies, pour combattre la force et l’intimidation.  Nous, jeunes d’Agir en Jeunes Socialistes, rendons hommage à leur engagement et regrettons que celui-ci n’ait pu aboutir que dans le sang. En tant que militants pour une Europe politique, nous devons être à la hauteur des attentes de celles et ceux qui se sont battus pour que l’idéal européen continue d’exister. L’Ukraine, notamment, est confronté à un déficit se comptant en milliards d’euros. Alors que Moscou a tourné le dos à Kiev et arrêté ses aides financières et promesses de prêts, l’Europe ne peut laisser tomber ce peuple, nous en appelons donc à la solidarité européenne pour aider ce pays. Il faut également saluer la réponse des dirigeants européens à tous ces manifestants. En envoyant les ministres des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, allemand, Frank-Walter Steinmeier et polonais Radosław Sikorski, l’Europe a lancé un signal fort de soutien aux manifestants pro-européens. Leur action a contribué à régler la situation de la manière la plus calme possible, grâce à la diplomatie. Nous saluons aussi l’action déterminée de Catherine Ashton, haute représentante de l’Union européenne, qui s’est rendue à Kiev à plusieurs reprises en tentant d’initier des négociations là où il n’y avait plus de dialogue. Les Européens sont les premiers concernés par le sort de l’Ukraine et ne doivent pas se trouver en deuxième division. Le rôle des Etats-Unis est important, celui des 28 Etats-membres de l’Union européenne encore plus.

Cette crise ukrainienne démontre plus que jamais le besoin pour l’Europe de se doter d’un service diplomatique conséquent et d’aboutir à une Europe politique, capable d’imposer sa vision et ses positions en cas de crise majeure dans le monde.

Nous tenons également à dénoncer les violences et les événements militaires actuellement en cours en Crimée. Nous ne pouvons que condamner les manœuvres de la Russie, qui semble prête à enfreindre le droit international et à encourager l’Est du pays à faire sécession dans le seul but de préserver ses intérêts dans la région.

La communauté internationale, particulièrement l’Union Européenne, doit envoyer un message clair au Kremlin s’agissant des conséquences qu’entraîne cette violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. L’Europe doit peser dans la balance pour préserver l’Ukraine de l’ingérence russe, qui vise à rétablir un président coupé des attentes de son peuple au point de perdre le soutien de son propre parti. L’unité politique de ce pays doit être maintenue afin que les Ukrainiens puissent déterminer librement et démocratiquement leur avenir.