logo_primaires_agenda-840x473

Primaires citoyennes : Un choix fidèle à notre histoire et à nos valeurs

Dans une temporalité politique qui nous oblige, après avoir suivi avec la plus grande attention les trois premiers débats et avoir assisté à la Convention Nationale du MJS en présence de nos candidats aux primaires citoyennes, nous avons fait notre choix. Notre choix, c’est celui du projet. Nous vous invitons ainsi à lire ces lignes, fidèles à notre identité.

Cinq ans au service de la France

Depuis 5 ans, la gauche gouverne notre pays et François Hollande agit comme Président de la République. Réformistes, nous sommes fiers de cette responsabilité et de l’action menée par les gouvernements successifs de ce quinquennat. Pour autant, nous regrettons les critiques exprimées par une partie de la gauche sur les avancées, pas reconnues à leur juste valeur, du quinquennat.

 Sous son mandat, le Président de la République a d’abord agit sur le plan de l’économie avec en premier lieu la bataille pour l’emploi. Malheureusement, les résultats arrivent tardivement et le nombre de chômeurs est toujours trop important, mais depuis plusieurs mois le chômage des jeunes diminue notamment grâce à la création de 150 000 emplois d’avenir et la courbe du chômage globale s’est indéniablement inversée. D’autre part, le déficit du pays a été ramené à des niveaux responsables pour préserver les capacités d’action de l’Etat pour les générations futures, et la sécurité sociale est presque à l’équilibre.

Tout en parvenant à assainir les comptes publics du pays, François Hollande a su également préserver et pérenniser notre modèle social et créer des droits nouveaux. En donnant par exemple la possibilité à ceux qui ont commencé à travailler tôt de bénéficier de leur retraite à 60 ans, en généralisant le tiers payant, en élargissant à tous la complémentaire santé ou encore en créant la prime d’activité.

Comme candidat en 2012 il avait pris l’engagement de valoriser l’éducation nationale comme pilier de la République. Cinq ans après, 60 000 postes ont été créés, la formation des enseignants a été valorisée et la France favorise l’intégration scolaire des enfants en situation de handicap.

Ce quinquennat restera également celui des libertés avec l’ouverture du mariage et de l’adoption pour tous. Face à certains discours conservateurs et rétrogrades, François Hollande a tenu bon et a respecté ses engagements !

Face au défi démocratique, la gauche au pouvoir a agi en modernisant nos institutions grâce notamment au non cumul des mandats, au renforcement de la transparence ou encore avec la réforme territoriale.

Enfin, dans un contexte de terrorisme et devant les enjeux européens et internationaux, l’action du Président de la République aura été exemplaire. C’est de l’honneur de la France d’avoir été en capacité d’intervenir au Mali ou en Centrafrique pour préserver la paix. C’est de l’honneur du Président, aux côtés notamment de la chancelière allemande, que d’avoir évité que le conflit Ukrainien avec la Russie ne dégénère.

C’est également sous son impulsion que la France a accueilli la COP21, et a permis la signature d’un accord historique sur le climat.

Enfin, confronté à la terreur, notre pays, celui des droits de l’Homme, n’a pas cédé aux tentations et la cohésion nationale a été préservée. Dans cette épreuve, le comportement et la stature de François Hollande, de son premier ministre, du ministre de l’intérieur et du ministre de la défense, ont été des piliers de la préservation de l’unité nationale et de la sécurité intérieure.

La primaire citoyenne, un enjeu démocratique

Suite à la décision courageuse du Président de la République de ne pas briguer de nouveau mandat, une nouvelle page doit s’écrire. Cette nouvelle page doit se construire sans renier ces cinq dernières années tant au niveau des avancées, que des insuffisances voire des échecs. Pour cela, comme en 2011 nous nous tournons vers le peuple de gauche pour désigner le candidat ou la candidate qui nous représentera à l’élection présidentiel de 2017. Pour cette primaire citoyenne l’enjeu sera de mobiliser les françaises et les français, mais surtout de créer les conditions du rassemblement pour faire gagner le camp du progrès face à une droite extrême et une extrême droite qui monte en puissance.

Dans une période où la modernisation démocratique est largement nécessaire nous devons nous saisir de ce scrutin et nous invitons le peuple de gauche, les écologistes, les progressistes à participer à ce débat en votant à la primaire citoyenne.

Notre identité

Depuis des années avec Agir en Jeunes Socialistes, nous nous engageons au sein du Mouvement des Jeunes Socialistes en portant des idées et des pratiques réformistes issues de la social-démocratie française et européenne. Nous avons toujours assumé cet engagement, il constitue notre identité.

Cette identité repose également sur des piliers fondateurs que nous portons au quotidien. Nous sommes des militants de la modernisation démocratique, des militants résolument européens, des militants du progrès, de l’émancipation et de la réduction des inégalités par l’exercice d’un pouvoir toujours plus proche de la société civile et de ses forces vives.

Fier de cette identité, nous nous situons au cœur de la famille socialiste et nous avons toujours œuvré pour son rassemblement.

Cette identité nous voulons la porter dans le cadre des primaires citoyennes, puis des élections présidentielles et législatives de 2017. Nous la porterons en premier lieu sur le champ des idées afin d’être utiles à la gauche et aux progressistes.

Le choix d’Agir en Jeunes Socialistes

Notre responsabilité en tant que jeunes réformistes est de s’attacher aux idées et non au mythe de l’Homme providentiel.

Trop d’incantations ou de positionnements à l’encontre de l’action de la gauche ont déjà été faits. Les aventures solitaires qui négligent les dynamiques, la pensée et le progrès du collectif ne rendent ni service à la gauche ni service à la France.

Maintenant que les débats ont eu lieu et que les candidat-e-s ont pu défendre leurs idées, débattre sur leurs propositions, notre position sera simple : notre candidat, c’est le projet.

Un projet qui portera, comme cela a été le cas pendant le dernier quinquennat, une vraie ambition pour la France.

Un projet qui respectera les partenaires sociaux en donnant au dialogue social la place qu’il mérite.

Un projet européen, qui renverra l’euroscepticisme à ce qu’il est : un péril, et proposera une Europe plus démocratique et fédérale.

Un projet européen moins libéral, qui saura convaincre ceux qui n’y croient plus que l’Europe est et demeure la solution.

Un projet qui portera haut les couleurs de la jeunesse, de toutes les jeunesses, en luttant contre les inégalités ancrées dès le plus jeune âge, en facilitant l’entrée dans le monde du travail, en impliquant davantage encore les jeunes dans le processus démocratique pour les rendre acteur de leur vie, de leur pays, de leur destin.

Un projet qui mettra l’écologie au cœur de notre destin commun.

Enfin, un projet qui fera du renouvellement démocratique une priorité, en instaurant le non cumul des mandats dans le temps, en réduisant le nombre de parlementaires et en impliquant mieux les citoyens dans les processus de vote de la loi et de contrôle de l’action du gouvernement.

Les militants d’Agir en Jeunes Socialistes apporteront leurs voix aux candidats qui se feront les défenseurs de ces idées et qui auront le courage de porter et d’assumer les grandes avancées de ce quinquennat. Au premier comme au second tour de la primaire, ils apporteront leurs voix au rassemblement de la gauche qui ne renie pas ses valeurs et n’a pas non plus renoncé à exercer le pouvoir pour faire progresser la vie des citoyens.

Un devoir d’exemplarité

Cette primaire citoyenne doit être un moment de réflexion où chacun doit pouvoir exprimer ses idées sereinement. Débattre à toujours été dans l’ADN de notre parti, mais ce débat doit s’effectuer dans le respect de tous. Il ne peut en être autrement.

Nous avons un devoir d’exemplarité envers les militants du Parti Socialiste, et envers les citoyens et citoyennes.

A l’heure où le Front National et la droite extrême sont aux portes du pouvoir, nous ne pouvons nous diviser inutilement. C’est pourquoi, collectivement, nous portons la responsabilité de la réussite de ces primaires. De cette réussite, est lié le succès du Parti Socialiste aux élections présidentielles.

Au lendemain du second tour des primaires, forts des débats qui nous aurons animés, nous nous rassemblerons autour du candidat qui aura été élu et c’est à ses côtés que nous construirons et porterons un projet résolument socialiste pour la France.