Capture d’écran 2017-11-16 à 14.37.18

Un service public de l’aide au devoir : un défi pour les militants de l’égalité.

Contribution fédérale des Jeunes Socialistes de Saône-et-Loire

Un service public de l’aide au devoir : un défi pour les militants de l’égalité.

Les inégalités entre les élèves se créent dès le plus jeune âge, au moment de l’apprentissage des connaissances fondamentales. Par la suite, l’écart entre les élèves ne cesse de s’accroître tout au long de la scolarité. Ces inégalités devant l’apprentissage sont renforcées par l’environnement dans lequel évolue l’enfant. En effet, tous les élèves ne sont pas égaux face au triangle éducatif qu’il constitue avec son environnement : l’école, lui-même et son environnement familial. Et bien que les devoirs ne soient qu’un moment de réinvestissement dans ses apprentissages, son milieu social et ses conditions de vie jouent énormément sur son avenir.

L’école ne doit pas être le lieu où se reproduisent les inégalités sociales mais, au contraire, un endroit qui permet de les réduire. Actuellement, le système de l’aide au devoir dans son hyper commercialisation repose sur des entreprises privées qui surfent sur l’angoisse des parents.

Si les autorités publiques ne se saisissent pas de ce problème, les inégalités scolaires perdureront et les inégalités sociales demeureront. L’objectif de cette mesure est autant de réduire les inégalités que de lutter contre le décrochage scolaire. Aujourd’hui, l’école française est encore trop exclusive et laisse chaque année des milliers d’élèves sur le bord de chemin. Cette situation va à l’encontre des principes de la République. Même si le nombre de décrocheurs scolaires tend à la baisse depuis 2012, il continue d’être trop important (98 000 en 2016 contre 140 000 en 2012). Les mesures prises sous le quinquennat précédent ont permis d’améliorer la situation mais elles doivent être complétées et amplifiées par le système d’aide aux devoirs. Et nous pensons que la question de l’aide au devoir pour tous fait partie de ces réformes qui pourront lutter contre le décrochage scolaire.

Ainsi, les établissements scolaires doivent être un lieu où tous les élèves peuvent travailler et apprendre en toute sérénité sans influence des dispositions sociales. C’est pourquoi nous proposons la création d’un service public d’aide aux devoirs. La réussite scolaire se joue autant pendant les cours qu’après les cours. Il est donc important d’accompagner les élèves en dehors des heures de cours.

Le dispositif envisagé serait intégré à la maquette pédagogique et inclurait des heures spécifiques dédiées au travail personnel des élèves. Les élèves seront encadrés et soutenus par des personnes spécialement formées comme des retraités ou des étudiants. Dans un premier temps, l’aide aux devoirs doit être axée prioritairement sur les collèges REP et dans les établissements où l’échec scolaire est le plus important avant de le généraliser à tout le territoire.

L’école doit retrouver cette capacité à réduire les inégalités et de permettre à chaque enfant de pouvoir se créer son propre avenir sans qu’il soit décidé par son origine sociale. C’est pourquoi nous proposons ce système généralisé d’aide aux devoirs, une mesure juste, sociale et progressiste.